Antoinette Fouque: « Etre une femme n’est pas une construction  - Elle


Antoinette Fouque: « Etre une femme n’est pas une construction  - Elle

Antoinette Fouque, éditrice et libraire

C'est en fréquentant les milieux littéraires parisiens que, Antoinette Fouque se rend compte combien les femmes occupent une place mineure dans le milieu du livre. Grâce à des centaines d'ouvrages consacrés à la réflexion des femmes, la société d’édition de la militante du droit des femmes aide de multiples auteures à diffuser leurs idées. Les Editions des femmes permettent à Antoinette Fouque de défendre la littérature féminine.

Antoinette Fouque, Jacques Lacan et Luce Irigaray

Antoinette Fouque fait la connaissance du fondateur du courant du lacanisme dans les années soixante. C’est au début de la décennie 1970 qu’Antoinette Fouque débat au sujet de la sexualité féminine sous la houlette de Luce Irigaray, psychanaliste féministe. Le cercle Psychanalyse et Politique, l'un des courants du mouvement MLF, a été fondé par cette grande militante.

Antoinette Fouque, une militante de tous les combats

Antoinette Fouque a participé à toutes les causes féministes. La militante intervient au siège des Nations Unies et dans le monde entier pour prendre la défense des femmes. le Club Parité 2000, Le Collège de Féminologie et l’Observatoire de la Misogynie ont été créés par Antoinette Fouque. Cette militante de toujours décède à Paris en 2014. Elle avait auparavant reçu les plus prestigieuses distinctions nationales.

Antoinette Fouque, du Mouvement de libération des femmes à l'AFD

Antoinette Fouque s’est battue tout au long de son existence pour faire progresser le droit des femmes. Au début des années 80, la grande militante s'éloigne du MLF au moment de son départ pour les Etats-Unis. Le mouvement est à cette période victime de luttes internes et perd de l’influence. Une nouvelle organisation appelée l'Alliance des femmes pour la démocratie voit le jour sous la houlette de la militante lorsqu'elle revient d'Amérique à l'aube des années 90. A la fin des années 70, Antoinette Fouque et d'autres activistes décident de déclarer le Mouvement de libération des femmes sous la forme d’une association.